jeudi 22 octobre 2009

...L'après BSG : la mort du Space Opera ?

Space Opera :
Film, roman de science-fiction ayant pour sujet des aventures qui se déroulent dans l'espace.


Depuis l'arrêt de Battlestar Galactica qui a su poser les bases solides du genre, force est d'avouer que le vide laissé en énorme. Il est même devenu à la mode de copier à tout va cette formidable aventure sans jamais l'égaler.
Les critiques ne se gênent pas pour comparer immédiatement à BSG chaque nouvelle série de Science Fiction pointant le but de son nez.
Prenons l'exemple de 3 séries ayant vu le jour cette année afin de démontrer que le genre est pour le moment loin de se relever : Virtuality, Stargate Universe et Defying Gravity.


Virtuality
Je vous invite à lire un billet dédié spécialement à ce formidable show mort-né. Mon coup de cœur 2009 et un série que beaucoup regretteront...
A noter que BSG et Virtuality ont le même papa. Ronald D Moore est il forcement un ingrédient essentiel à un bon space opera ??

Stargate Universe
C'est le 2e spin-off de Stargate SG1 après Atlantis. la série a débutée il y a tout juste un mois et le bilan est mi figue mi raisin...
il fallait s'y attendre avec un scénario tenant sur un ticket de métro :
"Un groupe d'humain est forcé d'évacuer une planète par la porte en utilisant le mystérieux 9e chevron. Ils se retrouvent à bord d'un vaisseau Ancien très délabré dans une galaxie lointaine, sans moyen de retour."
Pour sa promotion, la chaîne SyFy va même jusqu'à assumer SGU comme étant la remplaçante de BSG diffusée sur la même chaîne.
OK c'est sombre, OK la psychologie des personne est travaillée (en tout cas plus que dans SG1 ou SGA) et des gens s'engueule... mais ça ne transforme pas pour autant un show moyen en BSG !!!
je me demande si l'Univers Stargate peut être aussi facilement transposé dans la rigueur des Space Opera. Tout y est si prévisible et déjà vu que j'ai déjà comme un goût amère pour cette série que j'attendais tant. Bref, y'a du boulot mais connaissant le potentiel illimité de la franchise Stargate, on peut tout de même en attendre du bon.

Defying Gravity
La série Canado-américaine débutée au début de l'été a connu un flop retentissant et seuls 8 épisodes sur 13 ont étés diffusés sur ABC (USA), 10 sur CTV (Canada). Elle possède pourtant tout ce qu'il faut pour un bon space opera mais ce qui l'a tué c'est sa lenteur au démarrage.
En effet, il m'a fallut attendre le 9e épisode pour me dire "Whoa les possibilités de scénarios sont immenses !" comme a pu susciter chez moi BSG. C'est bien trop long 9 épisodes pour le téléspectateur pécore lambda avide d'actions et de sexe (what?) !
Un petit résumé s'impose, je vais essayer de ne pas spoiler :
"En 2050 (environ), une dizaine d'astronautes embarquent à bord d'Antares pour un voyage de 6 ans qui les mènera sur presque chaque planètes du Système solaire.
Maddux Donner et le capitaine du vaisseau ont participés à la première mission martienne il y a 10 ans. Cette mission fut un échec car 2 astronautes furent abandonnés lors d'une tempête. Dont la fiancé de Donner.
Nous comprenons bien vite qu' Antares embarque un objet caché de l'équipage à l'exception de son commandant et de l'équipe de contrôle sur Terre... qui cachent le véritable but de la mission"

Nous suivons durant cette première saison leur voyage vers Venus. Les premiers épisodes se concentrent sur le passé des protagonistes et de leur entraînement intensif... au bar du centre spatial. ;)
C'est donc un peu longuet et je comprend tout à fait que l'audience n'est pas suivie. Ce n'est qu'au 9e épisode que l'histoire prend tout son sens lorsque la présence du mystérieux objet est rnfin révélé à l'équipage, soumis à de fortes allucinations induites par l'objet.
Jusque là, l'histoire n'était presque pas de la SF mais la révélation de l'objet nous fait complètement basculer dedans, pour le plus grand bien de la série !
Pour moi qui ai des goûts de merde, c'est un très bon Space Opéra. Tout y est, c'est lent, ce qui permet d'incroyablement développer les personnages pour finalement bien transiter vers les questions éthiques qui vont s'imposer naturellement.

Pour conclure, je dirait que NON, le genre n'est pas mort, il l'est seulement aux yeux du grand public et la preuve est là : Virtuality et Defying Gravity, ont étés diffusés sur de grandes chaînes qui les ont annulées tandis que BSG et les 3 séries Stargate ont connues des succès phénoménaux sur la petite chaîne câblée et payante SyFy (ex SciFi) !
En fait, pour survivre, le genre ne peut pas faire de généralités et doit se limiter à une audience réduite aux amateurs du genre, sur les chaînes spécialisées. C'est dommage mais vrai. C'était bien tenté pour Defying Gravity puisque finalement pas trop fantaisiste pour pouvoir accrocher les familles devant leurs écrans mais cela restera sans lendemain.
Le scénario de BSG ne serait pas devenu ce qu'il est sur chaîne grand public, c'est une certitude absolue.

Voili voilou bizooXes !!!

Posté par Adrii à 19:53:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur ...L'après BSG : la mort du Space Opera ?

Nouveau commentaire